Le lien entre la pollution et l’eczéma

0
379

Des recherches récentes indiquent qu’une exposition accrue à certains polluants augmente la probabilité de développer des symptômes d’eczéma. L’eczéma, ou dermatite atopique, est un terme qui désigne un groupe de maladies inflammatoires de la peau caractérisées par une peau sèche et des démangeaisons. Les cas d’eczéma ont été multipliés par trois au cours des 50 dernières années dans les pays industrialisés, avec une augmentation significative aux États-Unis. Les régions urbaines ont connu une augmentation particulièrement marquée, ce qui a incité certains experts à décrire l’eczéma comme une épidémie au sein des populations urbaines.

Divers facteurs liés à l’environnement et au mode de vie, tels que la pollution de l’air, contribueraient à cette augmentation de la prévalence de l’eczéma en milieu urbain. Des études portant sur des adultes et des enfants ont établi un lien entre une plus forte exposition aux polluants et une incidence accrue des symptômes de l’eczéma.

Le rôle de la pollution dans le déclenchement de l’eczéma

Les polluants peuvent déclencher une inflammation, en particulier chez les personnes atteintes d’eczéma. Une barrière cutanée endommagée, composée de cellules à la surface de la peau, est plus vulnérable aux agressions environnementales telles que la pollution atmosphérique, ce qui permet à ces substances de pénétrer dans la peau et d’activer les réponses immunitaires.

Les espèces réactives de l’oxygène présentes dans la pollution de l’air peuvent endommager la peau et provoquer une inflammation, ce qui endommage encore plus la peau et exacerbe les symptômes de l’eczéma.

Des polluants spécifiques préoccupants

Des recherches ont permis d’identifier divers polluants associés à l’eczéma. Parmi ces polluants :

  • Les particules fines, également connues sous le nom de PM2,5, se distinguent par leur capacité à pénétrer profondément dans la peau, ce qui peut entraîner des irritations et des réactions inflammatoires.

  • L’ozone, un autre contaminant atmosphérique répandu, est connu pour ses propriétés oxydantes, qui peuvent exacerber les affections cutanées en endommageant les cellules de la peau et en perturbant la fonction normale de la barrière.

  • Le dioxyde d’azote, généralement émis par les processus de combustion et les véhicules, a également été impliqué dans l’exacerbation de l’eczéma. Son impact sur la peau peut altérer l’intégrité de la barrière épidermique, la rendant plus sensible aux allergènes et aux irritants.

  • Le monoxyde de carbone, un gaz incolore et inodore libéré par la combustion de carburants fossiles, peut également contribuer à l’aggravation des symptômes de l’eczéma, bien que son mécanisme direct d’interaction avec la peau ne soit pas aussi bien compris.

  • L’exposition au plomb, autrefois très préoccupante en raison de sa présence dans les peintures et l’essence, a diminué dans certaines régions, mais reste un problème de santé. Le plomb peut avoir des effets néfastes sur plusieurs systèmes de l’organisme et son rôle dans l’eczéma est lié au fait qu’il peut perturber les processus naturels de guérison de la peau et les réponses immunitaires.

  • Enfin, le dioxyde de soufre et les sulfates, souvent émis par les processus industriels, peuvent entraîner une irritation et une déshydratation de la peau, facteurs susceptibles de provoquer ou d’aggraver les poussées d’eczéma.

La relation entre ces polluants et l’eczéma souligne l’importance des recherches en cours sur la santé environnementale pour comprendre pleinement les différentes façons dont la qualité de l’air peut influencer la santé dermatologique. La lutte contre la pollution n’est pas seulement bénéfique pour la santé en général, elle peut aussi réduire la prévalence ou la gravité d’affections cutanées telles que l’eczéma.

Ces polluants sont généralement présents dans les centres urbains et proviennent de sources telles que les centrales électriques, les véhicules, les chantiers de construction et les processus industriels. Une étude a même montré que les enfants exposés à la pollution de l’air due aux incendies de forêt, qui sont riches en particules fines, avaient 45 % plus souvent besoin de soins médicaux pour leur eczéma.

Conséquences plus générales sur la santé des patients atteints d’eczéma

L’impact de la pollution de l’air va au-delà de l’eczéma, avec des effets significatifs sur les conditions respiratoires comme l’asthme – une cooccurrence commune chez les personnes atteintes d’eczéma. L’inflammation des poumons due aux polluants peut non seulement provoquer des symptômes d’asthme, mais aussi catalyser l’apparition de la maladie.

En outre, on pense que la pollution atmosphérique influence le psoriasis, souvent confondu avec l’eczéma, car il s’agit dans les deux cas de maladies inflammatoires de la peau.

Considérations relatives à l’équité en matière de santé

Les communautés de couleur sont souvent confrontées à une exposition élevée à la pollution de l’air et signalent également un taux disproportionné d’eczéma, ce qui met en évidence les problèmes potentiels de justice environnementale. Les disparités raciales et ethniques dans la prévalence de la maladie peuvent être en partie dues à une exposition différentielle aux polluants ; toutefois, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer cette hypothèse.

Les stratégies de protection de la peau pour les personnes souffrant d’eczéma

Pour traiter l’eczéma, les experts recommandent d’hydrater fréquemment la peau avec des crèmes épaisses et de prendre des bains quotidiens. Les médicaments prescrits par les dermatologues doivent également être utilisés de manière systématique. Le port de manches longues et de pantalons peut constituer une barrière contre la pollution, même si cela peut s’avérer difficile par temps chaud. Limiter les activités de plein air lorsque l’indice de qualité de l’air signale des niveaux de pollution élevés peut également s’avérer bénéfique.

Conclusion sur la pollution et l’eczéma

La corrélation entre la pollution et l’incidence accrue de l’eczéma chez les citadins est évidente, et l’on craint que le changement climatique n’exacerbe ce problème en raison de la fréquence accrue des incendies de forêt et des niveaux d’ozone plus élevés. Une meilleure compréhension du lien entre la pollution atmosphérique, l’eczéma et sa prévalence au sein des populations minoritaires pourrait conduire à des mesures préventives qui atténueraient l’impact de l’eczéma au sein de ces groupes.

Bien que le lien soit clair, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour en saisir pleinement les implications et mettre au point des interventions efficaces.