04
04

Un espace de sieste chez NOVIUS

Tout comme bon nombre d’entre nous Anthony Bleton, PDG et fondateur d’une entreprise de 30 personnes: NOVIUS, est convaincu des bienfaits d’une courte sieste au travail en début d’après-midi. Faisant preuve à mon sens de beaucoup de courage, il a décidé de l’assumer et d’en faire bénéficier ses employés en affectant une salle uniquement pour la sieste. J’ai évidemment voulu rencontrer Monsieur Bleton pour en savoir plus sur les freins qu’il a pu rencontrer, la gestion quotidienne, la réaction de ses salariés… et même de ses clients !

 

Une pièce de 10 mètres carrés légèrement éclairée par une lampe d’ambiance a été équipée de 3 poufs. Cet espace simple mais efficace attire près de la moitié des salariés. Il n’est utilisé que pour la sieste et très occasionnellement pour des réunions de travail informelles en dehors de la période de sieste. Sur une surface totale de 400 mètres carrés, la siesteria occupe 2,5% de l’espace de travail. Je souligne ce point parce que je rencontre un certain nombre de grandes entreprises qui ne parviennent pas à récupérer 20 ou 30 mètres carrés (sur des surfaces de plusieurs dizaines de milliers de m2).

Bien qu’Anthony Bleton ait réussi à briser le tabou de la sieste chez NOVIUS, il me confiera que des freins subsistent encore chez certains salariés. Est-ce lié à la proximité d’autres siesteurs, au confort relatif des poufs, à une inexpérience des courtes phases de sommeil, à une gêne persistante ? A mes yeux, le plus important du travail a été réalisé par l’exemple insufflé par le PDG lui-même qui est la meilleure façon d’aider les salariés à se décomplexer. Si d’autres dirigeants pouvaient lire cet article et s’inspirer de ce modèle, ce serait une belle victoire… et le faire savoir dans ce blog, ce serait encore mieux. 

Pensez aussi que vous pouvez vous faire accompagner par un spécialiste (sixta) qui vous orientera dans vos démarches, vous aidera à identifier les freins, crédibilisera votre initiative, aménagera votre espace de repos et formera votre personnel aux courtes siestes. 

Pour les grandes entreprises qui travaillent actuellement sur les Risques Psychosociaux, il est certain que l’approche est très différente. Si l’on veut agir sur la fatigue des salariés, un travail d’analyse des contraintes et des freins permettant faire ressortir les solutions possibles est une étape NECESSAIRE.

Bookmark and Share