11
11

Comment ne pas se réveiller vaseux?

Wake upOn me dit souvent: « quand je me réveille d’une sieste, je suis autant voire plus fatigué qu’avant! ». Et lorsque je demande des précisions sur la durée de la sieste, on me répond systématiquement qu’elle a duré au moins trois quart d’heure… parfois même jusqu’à 2 heures.

Cet état vaseux ressenti par les siesteurs abusifs, et qui peut durer jusqu’à plusieurs heures, est tout simplement dû au fait qu’ils se sont plongés dans un sommeil trop profond et donc trop long !

Tout d’abord, il est important de savoir pour bien gérer son sommeil, qu’un cycle complet dure environ 90 minutes. Et cette heure et demi est composée de 5 phases durant lesquelles nous entrons dans un sommeil de plus en plus profond (les ondes émises par le cerveau sont de plus en plus lentes) pour arriver à la dernière phase qui est la phase de sommeil paradoxal dont les rêves peuvent laisser leur empreinte au réveil. Ensuite… Wake-up ! En effet, l’idéal est de se réveiller entre deux cycles, le pire étant de se réveiller pendant une phase de sommeil profond.

Faire une sieste de 90 minutes peut s’avérer utile le week-end si l’on a du sommeil à rattraper (manque de sommeil). Mais attention, il est déconseillé de les faire aussi longues en semaines (sauf dans des cas particuliers de personnes travaillant en horaires atypiques), pour deux raisons: la première est que ce sommeil peut perturber le sommeil nocturne ce qui peut provoquer des insomnies. La seconde est qu’après une telle sieste, il peut y avoir ce que les scientifiques appellent l’inertie du sommeil et que nous appelons plus communément : être vaseux, être au radar, groggy, dans le gaz, dans le pâté etc… (je vous passe les plus « élégants »).

Sommeil - éveil wake up

Pour bénéficier d’un excellent compromis, 15 à 20 minutes sont recommandées par l’ensemble des spécialistes (à lire aussi: santé et travail, stress fatiguefatigue au travail, travail productivité). En effet la durée est suffisamment longue pour profiter d’un sommeil récupérateur et suffisamment courte pour ne pas aller au delà de la phase 2 du sommeil ce qui permet donc de s’assurer d’un éveil facile et de se sentir rapidement en pleine forme ! Parfois même, le dormeur qui est entré dans un sommeil dit « léger » peut parfois avoir l’impression de ne pas avoir dormi.

Cette durée de 15 – 20 minutes peut permettre plus facilement de s’adapter aux contraintes horaires du travail. Alors certains me diront qu’ils ne savent pas faire une sieste en 15 ou 20 minutes. Mais c’est comme beaucoup de choses… ça s’apprend. Il existe plusieurs techniques, mais ça j’en parlerai dans un prochain article.

Pour conclure, je citerai une phrase des Contrebandiers du temps (fervents militants de la sieste au travail): « Courage, siestons! »

Bookmark and Share