21
02

Les français manquent de sommeil !

 Pour ceux qui se demandaient comment leurs parents ou grands-parents ont fait pour tenir toute une vie (!), il faut savoir que l’on dormait:

manque de sommeil

  2 heures de plus il y a 1 siècle  (source : Stephen Perrig, neurologue et responsable de la Clinique du Sommeil à Genève)

 
→ 1h30 de plus il y a 50 ans  (sources : INPES, Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé & l’European Sleep Center)

 
→ 1 heure de plus il y a 20 ans  (source : Dr Michel Tiberge, responsable de l’unité de sommeil du CHU de Toulouse)

 
→ Aujourd’hui : 7h15 de sommeil, 6h58 en semaine  (source : INSV, Institut National du Sommeil et de la Vigilance)

 

Ces chiffres édifiants permettent de comprendre pourquoi nous nous sentons si souvent fatigués (plusieurs études et sondages récents constatent cette fatigue chronique): nous avons du sommeil à rattraper.

La majorité des français (55% selon l’INSV) est d’ailleurs tout à fait consciente de ses carences en sommeil. Les coupables régulièrement cités : la télévision, le travail (stress, horaires…) et Internet. Il faut savoir qu’en plus, une 1 personne sur 3 souffre de troubles du sommeil, autrement dit : dort mal.

 
Citation sommeil INSVEn outre, notre quotidien est très différent de ce qu’ont connu nos ancêtres : plus de stress, un équilibre alimentaire perturbé par l’arrivée de la « malbouffe », plus de pollution… et pour couronner le tout : des nuits bien plus courtes. En parallèle et essentiellement grâce aux avancées de la médecine nous travaillons, faisons des enfants et vivons de plus en plus vieux (+30 ans en un siècle, source INED). Il est donc indispensable de tenir compte de tous ces « nouveaux » paramètres dans notre façon de gérer notre temps (comme l’étudie le philosophe Thierry Paquot dans son livre L’art de la sieste) et notre mode de vie. Nous avons faim, soif : nous mangeons ou buvons. Nous sommes fatigués (au travail, le soir devant la télé ou l’ordinateur) : nous luttons ! Il nous faut réapprendre à écouter notre besoin de sommeil et à en réapprécier ses effets.

 

Nous avons de plus en plus de route à faire… alors ménageons-nous !

 

esperance de vie chiffres INED

 

Bookmark and Share